Pourquoi ce blog ?

Journaliste indépendante, sensible à la parole des femmes dans la société, je m'intéresse au Women's Forum pour la deuxième année consécutive.
J'ai apprécié l'édition 2010, pour les échanges et la qualité des intervenantes.
Pendant 4 jours à Deauville, on rencontre des passionnées, des engagées, des décideuses qui essaient de concilier leurs multiples vies - professionnelle et personnelle -
C'est rafraîchissant et encourageant !  


Et puis, ce Forum annuel " est un lieu de discussions et de réflexions.
On y parle des enjeux de demain. Economie, environnement, santé, éducation, relations sociales, promotion des femmes dans les entreprises.
Des thèmes très larges déclinés sous forme de questions essentielles, destinées à nous donner du grain à moudre pour au moins une année.


Le titre de l'édition 2011 commence par une question " Et si ?", une promesse de tous les possibles.La conviction des idées et la force de  proposition.
"Défi, imagination, engagement". On parlera à Deauville de toutes ces femmes qui se sont engagées cette année, dans les révolutions arabes ou en Afrique (voir les Nobel)     

Le Women's Forum - le  "Davos féminin", comme certains le surnomment, a une nouvelle présidente depuis cette année : Véronique Morali. Carrière dans la finance,engagement pour les femmes - elle édite plusieurs sites internet qui leur sont dédiées - très charismatique. Le programme  porte son empreinte : moins glamour et plus politique .
 
Présente à ce " Women's Forum 2011", je vous ferai partager mes coups de coeur, mes rencontres, mes débats  préférés.
J'assisterai notamment à l'atelier du 14 octobre : " Que faut il faire pour sauver le modèle social européen ? ".
L'Europe à Deauville, c'est un seul atelier dans le programme. Un regret pour la citoyenne européenne que je suis.
 

 

Deux  liens utiles pour compléter ce blog  :
< Le site officiel du Women's Forum 
http://www.womens-forum.com/ 
L'événement est organisé par le groupe PUBLICIS .

< Et mon blog  2010 
http://womensforum2010.over-blog.com/article-chaque-femme-d-affaires-eprouve-des-sentiments-de-culpabilite-59811790.html