Shirin Ebadi :« En Iran, le feu couve sous la cendre »

Publié le par womensforum2011

14 octobre à Deauville. Conférence de presse de Shirin Ebabi devant une vingtaine de journalistes du Women’s Forum. Le Prix Nobel de la Paix 2003 s’exprime en persan, son interprète traduit ses propos en anglais.
Même quand la parole dévoile des blessures, Shirin Ebadi affiche une détermination à toute épreuve.

conf-presse-ebadi-et-traductrice.jpg

Quelle est votre situation personnelle ?
J’ai quitté l’Iran en juin 2009 pour un séminaire en Espagne, depuis on ne m’a pas laissé rentrer dans mon pays. Tout le temps en voyage pour  défendre les droits humains,  j’habite le continent des aéroports. On veut me faire taire, on a menacé de me tuer mais je n’ai pas peur. J’aime mon pays, je l’aime plus que ma propre famille.  
Votre famille  justement ?

Mon mari et ma sœur qui n’avaient aucune activité politique en Iran ont été arrêtés. Mon mari a été torturé, on a exigé de lui des aveux. Il a dû déclarer que j’étais un « agent des Occidentaux ». Son récit a été diffusé à la télévision. Ma sœur  aussi a été malmenée puis libérée sous caution, on lui a confisqué son passeport.
Après votre départ, d’autres personnes ont-elles  repris le flambeau de la contestation ?
44 avocats sont emprisonnés actuellement pour avoir défendu des prisonniers politiques. Ce chiffre montre l’état du système  judiciaire iranien ! Partis politiques, et manifestation sont interdits, la population en est réduite à des gestes symboliques. Un  groupe de jeunes a récemment organisé un lavage de pare-brise de voitures à un carrefour de Téhéran. Ils étaient particulièrement bien habillés. Rien à voir avec les mendiants qui font ce  job d’habitude.  Ce geste voulait alerter l’opinion publique sur la situation misérable de certains Iraniens alors que ce pays est riche. Ce frémissement démocratique, peu de gens s’en aperçoivent, mais il existe. Surtout de la part des jeunes. En fait, le feu couve sous la cendre.
Qu’attendez-vous  des Occidentaux ?
Je leur demande de ne pas soutenir le gouvernement iranien. Un exemple : les programmes en persan de  la BBC et de Voice of America sont interdits depuis juin 2011. Ces 2 canaux sont diffusés par le satellite Eutelsat, un satellite  dont l’Etat Français est actionnaire à 30 %. Pourquoi la France est-elle complice de la censure iranienne ? Pourquoi la France  accepte-t-elle de brouiller l’information  libre à destination des Iraniens ? Autres questions : Combien de banques occidentales acceptent l’argent sale des dictateurs ? Où les dictateurs achètent- ils leurs châteaux ? Je dis aux Occidentaux, n’aidez pas le gouvernement iranien !
Avez-vous des nouvelles de Sakinéh, l’Iranienne accusée d’adultère l’an dernier et condamnée à mort par lapidation ?
La mobilisation  internationale de 2010 a été efficace. Elle n’a pas été exécutée mais elle est toujours en prison et l’avocat qui la défend aussi. J’alerte l’opinion internationale sur la menace de lapidation qui plane sur 11 autres  femmes iraniennes. Il faut continuer la mobilisation.  
Un commentaire sur la situation des femmes en Tunisie ? J’espère que la société civile va réussir à se faire entendre. On dit que les partis islamistes vont remporter les élections du 23 octobre. Les femmes doivent se préparer à raisonner les Islamistes.  

Publié dans Interviews

Commenter cet article