Plénières interactives : Plus de 2000 messages en direct

Publié le par womensforum2011

Les 9 plénières du Women’s Forum ont été particulièrement animées cette année. Les questions et les commentaires de la salle, envoyés par mail ou SMS, étaient diffusés en temps réel sur grand écran. Le chef d’orchestre de cette « interactivité » est une  start-up française «Balloon», constituée en 2010 autour d’un trio de garçons, Roman David, Andrei Vestemeanu et Guillaume Potier.
Retour sur l’expérience du Women’s Forum.

Balloon-.JPG

                                   Andrei Vestemeanu et Guillaume Potier   

Avez-vous trouvé  le public du Women’s Forum très participatif ?
Oui, puisqu’en 2 jours et demi, nous avons reçu 2472 messages dont 366 questions relatives aux thèmes des plénières. 80 % de ces messages ont été envoyés par twitter. Les participantes étaient à l’aise en anglais, seules 5 à 10 % des questions nous sont parvenues en français.

Concrètement, comment avez-vous géré ce flot de questions ?
Les questions étaient validées avant publication sur le grand écran de la salle. Nous avons vérifié que les propos restaient courtois et supprimé dans les  textes envoyés, fautes d’orthographe et abréviations. C’était un véritable défi technique pour Andrei et moi. Nous étions tous les deux installés dans la régie technique, au milieu de 20 autres techniciens qui géraient le son et l’image de la plénière. Pour les premiers débats, nous avons été très encadrés par les organisateurs du Women’s Forum.

Les questions étaient posées en temps réel …
Oui. Cela faisait 50 à 60 questions par panel dont 5 à 10 reprises par l’animateur de la plénière. L’animateur  avait en main une tablette e-pad et pouvait choisir d’afficher à l’écran, en grand format, les questions les plus pertinentes.

Les animateurs ont-ils joué le jeu ?
Oui, en général. Avec une mention spéciale à Roger BINGHAM . Pour la dernière plénière consacrée à la culture numérique, il a très bien exploité notre  outil. Il s’est déplacé dans la salle , a lu beaucoup de questions , il a même donner la parole en direct à une participante qui  avait posé sa question sur twitter.  

C’est twitter qui a été le plus utilisé pour communiquer.
Oui, à 60 %. Mais nous avons aussi reçu des SMS et des emails de personnes qui regardaient à distance la vidéo retransmise sur internet.

Parlez-nous du « nuage » de mots, présenté au début et à la fin de chaque plénière? Le nuage de mots-clefs – « tag cloud » en anglais - est une représentation visuelle des mots-clefs les plus utilisés pendant le débat. Plus un mot est utilisé, plus il s’affiche  en gros caractère. C’est un outil statistique très intéressant pour dégager des idées fortes. Dans le débat sur la culture numérique par exemple, les mots négatifs du début « crainte, peur, contrôle » ont évolué en fin de la discussion vers des mots plus positifs « curieux, intéressé, responsabilité, enthousiasme » 

sortien plénière 2

                                                 A la sortie d'une plénière

 

Y a-t-il des limites à l’exercice de participation du public?
Au-delà de 150 questions par heure, c’est difficulté à modérer. On est obligé de regrouper les questions et de dégager les grandes tendances.Les limites technologiques existent aussi. 10 000 utilisateurs en même temps, ça devient compliqué …
Qui fait appel à vous ?
Des grandes entreprises pour leurs événements en interne. Nous sommes aussi sollicités pour de plus petites réunions. On peut utiliser notre logiciel sans modérateur. Aucune connaissance informatique exigée, seulement un ordinateur et un écran. C’est intéressant à partir de 30 personnes.
Comment avez-vous choisi ce nom « Balloon »? 
En référence aux bulles de BD. Et puis ça faisait international, jeune, dynamique. 

Comment se répartit le travail entre vous ?
Nous sommes un trio complémentaire.Andréi s’occupe du commercial, Romain du marketing et des relations presse.Et moi, Guillaume, de l’aspect technique. Nous sommes une start-up de 5 personnes, nous serons 7 à la fin de l’année.


http://balloonup.com/fr/

 

Publié dans Plènière

Commenter cet article